We are sorry,
this movie is not available
in your country
AVAILABLE TO VIEW FOR ANOTHER 39 days

Trailer – Tënk a look!


Offer this movie

et la vie


Denis Gheerbrant
France, 1991
Production : Les Films d'Ici

90'
French


Synopsis


Pendant un an, Denis Gheerbrant s'est rendu à Marseille, à Charleroi, à Bruay, à Genève, dans les banlieues industrielles en déclin. (Dans mes relations avec les personnes choisies), "j'avais une règle du jeu qu'on peut énoncer comme suit : quelle image de toi-même tu mets en scène dans ta vie ?". "et la vie" fait penser à une remarque de Louis Malle qui disait que le tournage de documentaire en cinéma direct accélérait considérablement la construction d'une amitié. Le spectateur garde l'impression que Denis Gheerbrant a réussi à nouer des amitiés rapides mais fortes. Les propos de différents personnages concourent à dresser les contours d'un système de références commun à tous les grands bassins industriels, qu'ils soient du Nord ou du Sud. Un grand thème les rassemble : la disparition de ce que l'on appelait la classe ouvrière.

Avec le soutien du CNC - Images de la culture

Tënk's film review


Il est fort tentant de considérer une filiation rouchienne, plus précisément avec "Chronique d’un été" d'Edgar Morin et Jean Rouch : la rencontre, le rapport entre filmés et filmeurs, la fraternité, l'époque qui se niche dans un film. Et ce titre, "et la vie"", a forcément quelque chose à voir avec l'emblématique "Comment tu te débrouilles avec la vie ?". Ceci dit, on constate que le titre n’est pas interrogatif, alors qu’il fait aboutir le travail précédent de Denis Gheerbrant ("Amour, rue de Lappe", "Question d’identité"), qui est pour le moins questionnant : qu’est-ce qu’une présence, une parole et une identité populaire et ouvrière (au cinéma) ? Le cinéaste parcourt ici une sorte de ligne de front habitée par des êtres attachés à des espaces blessés, désindustrialisés, où les idéologies font plus que battre de l’aile. Mais de rencontres en rencontres, il affirme la vie, et rien que la vie, allant jusqu’à filmer une naissance.

Arnaud Hée
Programmateur, enseignant et critique

You like this movie, you want to share it for free with a loved one? You must first subscribe to be able to offer this film. If you are already a subscriber to Tënk, log in If you are not a subscriber yet, go to the subscription page to subscribe to the subscription of your choice

Your wish to offer this film has been taken into account. Your loved one will soon receive a mail informing him of your gift, as well as the procedure to be followed to be able to view it.

filmmaker

Denis Gheerbrant

Après des études à l’Idhec, Denis Gheerbrant devient chef opérateur pour le cinéma (Jean-Pierre Denis, René Allio, Alain Bergala, Jean-Pierre Thorn). Il mène parallèlement un travail personnel de photographe. En 68 il rejoint le groupe de cinéma militant Cinélutte qui deviendra plus tard la société de production "Les Films d’Ici", qui produira presque tous ses films. Il tourne son premier film, "Printemps de square", en 1978, avec de jeunes parisiens d’un quartier du 15e arrondissement. Son travail de cinéaste s’inscrit dans la continuité du cinéma direct, mais à la première personne. Denis Gheerbrant filme seul et rencontre avec sa caméra des mondes, les autres, dans des relations suivies ou des rencontres fortuites. Son engagement humain politique l’entraîne vers ceux, souvent des jeunes gens, qui affrontent et subissent la violence sociale, ou simplement physique : "La vie est immense et pleine de dangers" (1994) ; "Grands comme le monde" (1998), ou dans des explorations larges : "et la vie" (1991) ; "Le Voyage à la mer" (2002) ; "Après, un voyage dans le Rwanda" (2004). En 2009, "La République Marseille", suite de sept films, fait l’événement au festival Cinéma du réel. Cinq ans après sort sur les écrans "On a grèvé", film sur la lutte de femmes de chambres qui affrontent le deuxième groupe hôtelier d’Europe. Film après film son cinéma de la rencontre de l’autre s’affirme jusqu’au magnifique "Mallé en son exil". Le cinéma de Denis Gheerbrant dessine une ligne très singulière, dans la lignée de Jean Rouch ou de Johan van der Keuken, qui a largement influencé le cinéma documentaire.

Other films in the collection: Filmmaker in focus