Your order has been taken into account, you can watch Loin du Vietnam for a duration of 48 hours from the date of your payment.

Do you want to rent this movie in VOD?

Payment mode





Do you want to rent this movie in VOD?

You must first subscribe to a subscription to rent a video. If you are already subscribed to Tënk, please log in. If you are not yet a subscriber, go to the subscription page to subscribe to the form of your choice.

We are sorry,
this movie is not available
in your country
Movie no more available
More informations on FILM-DOCUMENTAIRE.FR and on VAD.CNC.FR

Loin du Vietnam


Alain Resnais, Chris Marker, Claude Lelouch, Jean-Luc Godard, Joris Ivens, William Klein, Agnès Varda
France, 1967
Production : Société pour le Lancement des Œuvres Nouvelles (SLON)

117'
French
English


Synopsis


En 1967, Alain Resnais, William Klein, Joris Ivens, Agnès Varda, Claude Lelouch, Jean-Luc Godard et Chris Marker ont coréalisé ce film pour affirmer leur solidarité avec la lutte du peuple vietnamien. Onze façons différentes et personnelles de présenter ce conflit opposant les riches aux pauvres, sur fond d'indignation de l'opinion publique mondiale.

Tënk's film review


Resnais, Godard, Varda, Marker, Lelouch : "Loin du Vietnam" aurait pu être le manifeste du cinéma moderne français ! Ce film dicté par les circonstances et la colère face aux crimes commis au Vietnam par les USA, fabriqué bénévolement et collectivement, témoigne de la politisation des esprits dans cette deuxième moitié des années 1960 et du désir d’une bonne partie des professionnels du cinéma français (et pas seulement de ces quelques grands noms : c’est une bonne centaine de personnes qui, a un titre ou à un autre, chacun selon ses moyens, a participé à l’aventure) de s’engager pour un monde différent. Marker est donné comme l’instigateur et le chef d’orchestre de ce film, mais l’important n’est pas là : ce qui s’inaugure ici, c’est une manière politique de concevoir le cinéma, faisant voler en éclat tout un système hiérarchique et économique de conception des films. Une partie du cinéma de 1968 et des collectifs militants en suivra bientôt l’exemple.

Arnaud Lambert
Réalisateur

You like this movie, you want to share it for free with a loved one? You must first subscribe to be able to offer this film. If you are already a subscriber to Tënk, log in If you are not a subscriber yet, go to the subscription page to subscribe to the subscription of your choice

Your wish to offer this film has been taken into account. Your loved one will soon receive a mail informing him of your gift, as well as the procedure to be followed to be able to view it.

filmmakers

Alain Resnais

Alain Resnais est né en 1922. Initialement voué à une carrière de comédien, il intègre la première promotion de l'IDHEC en montage et commence, dès la fin des années 1940, à réaliser des courts et moyens métrages documentaires qui marquent le public et la critique : "Van Gogh", "Guernica" et surtout "Nuit et Brouillard" (1956). Il tourne une première fiction en 1959, "Hiroshima mon amour", écrite par Marguerite Duras, qui révolutionne les conceptions classiques de narration de l’époque. S'entourant d'intellectuels et d'artistes pour réaliser ses films, il s'associe notamment à Chris Marker à plusieurs reprises lors de films engagés : "Les statues meurent aussi" (1953), "Loin du Vietnam" (1967). Alain Resnais s'essaie à des genres aussi variés que la science-fiction, la comédie, le théâtre, la comédie musicale. Il disparaît en mars 2014.

Chris Marker

Chris Marker was born in 1921 in Neuilly, France. He began studying philosophy, which was soon interrupted by the world conflict. After the war, he worked for Peuple et Culture, began writing for the magazine "Esprit" and directed his first films, including "Lettre de Sibérie", which made him more widely known. Writer, photographer, filmmaker and finally multimedia artist, Chris Marker is the author of a protean and innovative work. His taste for experimentation bursts out in "La Jetée" (1962), a short film of anticipation announcing his favorite themes: time, memory, the power of images. The same year, he shoots "Le Joli Mai", in the streets of Paris, in the spirit of direct cinema. The seventies were marked by committed films, the most famous of which, "Le fond de l'air est rouge" (1977), was a review of the movements of the sixties all around the world. In this political furrow, he explored the links between individual memory and history in "Sans soleil" (1982) and then in posthumous tributes such as "Le Tombeau d'Alexandre" (1993). In the 1990s, most often in collaboration with the Centre Pompidou in Paris, he designed several installations that explored the boundaries between the real and the imaginary. He died in Paris in the summer of 2012, making him a reference point for contemporary filmmakers.

Claude Lelouch

Abandonnant ses études, Claude Lelouch part réaliser des reportages dans le monde entier ("Quand le rideau se lève", filmé illégalement en URSS en 1957). Après avoir tourné plusieurs courts métrages dans le cadre du Service Cinématographique des Armées, il fonde en 1960 sa propre maison de production, Les Films 13, et réalise son premier long métrage de fiction, "Le Propre de l'homme". C'est avec "Un homme et une femme" que Claude Lelouch connaît brusquement la gloire. Palme d'Or au Festival de Cannes en 1966 et couronné par deux Oscars, le film étonne par son style pris sur le vif, dû à la spontanéité des comédiens et à la virtuosité d'un filmage en caméra légère. Cette méthode devient la marque de fabrique du cinéaste. En 2011, il fait le bilan de sa carrière au travers d'un documentaire nommé "D'un film à l'autre", dans lequel il dresse un autoportrait composé d'extraits de films, d'interviews et de making-of.

Jean-Luc Godard

"Jean-Luc Godard is a Swiss filmmaker born in Paris in 1930. In the 1950s, he started out as a film critic, notably for Cahiers du Cinéma alongside Truffaut, Rohmer and Rivette. His first feature film, “À bout de soufflé” (Breathless) made in 1959, met with huge success and became one of the founding films of the New Wave. It was the first in a series of films where Godard conceived of cinema by reinventing the narrative form with films such as “Une femme est une femme”, “Le Petit Soldat”, “Les Carabiniers”, “Le Mépris” and “Pierrot le Fou”. In May 1968, Godard was a militant activist and took part in the protests and demonstrations during the Cannes Film Festival along with François Truffaut. In 1973, he began working with the scriptwriter Anne-Marie Miéville, who became his romantic partner. Together, they made several documentary-fictions between video and television. Video made it possible for him to take care of the entire creation-production chain of his films on his own. Between 1988 and 1998, he made “Histoire(s) du cinema”, a series of films about cinema. In 2001, he returned to Cannes with “Éloge de l'amour”, and again in 2010 with “Film socialisme” followed, in 2014, by “Adieu au Langage”, his sixth film to compete for the Palme d’Or, and sharing the Jury Prize with Xavier Dolan’s “Mommy”. He returned to Cannes in 2018 with “Le Livre d'image”, which won a Special Palme d’Or. "

Joris Ivens

Éternel globe-trotter, Ivens sillonne les quatre coins du monde. Militant et philosophe, il est aussi poète, voire utopiste. Il se veut le témoin de l'espoir révolutionnaire. Dès son premier film, "Le Pont" (1928), il séduit les milieux d'avant-garde. "Regen" (1929) lui ouvre les portes de la reconnaissance, chez lui, mais aussi à l'étranger. En 1932, il est le premier cinéaste étranger à travailler en Union Soviétique. En 1933, il tourne avec Henri Storck l'une de ses œuvres majeures, "Borinage", sur les conséquences d'une grève dans une région minière en Belgique. Il filme avec John Ferno et Ernest Hemingway "Terre d'Espagne" en 1937, pendant la guerre civile qui ravage le pays. Il part ensuite pour les États-Unis puis au Canada et en Indonésie. En 1957, Ivens est à Paris pour une allégorie du bonheur, "La Seine a rencontré Paris", puis en Chine pour "Lettre de Chine" et "600 millions avec vous". Il parcourt ensuite l'Italie, le Mali, Cuba, le Vietnam. Dans les années 1970, il voyage énormément en Chine, et en 1976, il regroupe plusieurs films sous le titre "Comment Yukong déplaça les montagnes" (1973). Son dernier film, "Une histoire de vent" (1988), est co-réalisé avec sa compagne Marceline Loridan.

William Klein

Né en 1928 à Manhattan, William Klein est un artiste polyvalent vivant à Paris. Il fait des études de sociologie aux États-Unis, puis s'inscrit à la Sorbonne en 1948 après son service militaire. Après des débuts dans le domaine des arts plastiques, il devient le photographe de mode attitré du magazine Vogue en 1954. Expérimentateur et provocateur, il photographie également les rues de New-York et sa population avec un style affirmé qui deviendra sa signature et fera de lui une figure emblématique de la photographie du 20e siècle. À partir des années 1960, il délaisse la photographie pour le cinéma. Ses films sont marqués par son engagement, notamment auprès de la cause noire avec un film comme "Muhammad Ali the Greatest" (1964). Il pose également un regard critique sur un milieu qu'il a longuement fréquenté : la mode, avec "In and Out of Fashion" (1998).

Agnès Varda

Cinéaste française née en 1928, Agnès Varda passe son enfance en Belgique puis à Sète. Après des études aux Beaux Arts et à l'École du Louvre elle devient la photographe du TNP aux côtés de Jean Vilar dans les années 1950. Elle tourne son premier long métrage en 1954 "La Pointe Courte", qui l'inscrit dans le cinéma de la Nouvelle Vague. La suite de sa carrière sera riche de trente-trois titres, fictions ou documentaires, parmi lesquels on peut citer des classiques tels "Cléo de 5 à 7" (1961) et "Les Glaneurs et la Glaneuse" (2000).

Other films in the collection: Chris Marker